Comment et quand entretenir une fosse septique ?

Tout savoir sur l’entretien de votre fosse

Vidange fosse septique

Votre maison est isolée ou vos sanitaires domestiques ne peuvent pas être raccordés aux égouts publics ? Dans les deux cas, vous êtes contraint d’équiper votre logement d’une fosse d'assainissement individuel car la loi interdit de déverser les eaux usées directement dans la nature. Cette installation remplit ainsi une fonction de prétraitement des eaux destinées à être réutilisées.

Toutefois, à l’instar de tout autre équipement sanitaire, une fosse septique doit être régulièrement entretenue pour continuer à être pleinement efficace. L’article qui suit explique comment utiliser correctement un tel dispositif puis détaille les éléments d’une fosse qui doivent faire l’objet d’un entretien périodique.

 

Le respect des conditions d’utilisation

Il s’agit sans conteste du premier geste d’entretien. Voici une série de précautions à prendre pour assurer le fonctionnement optimal de votre fosse septique :

  1. Ne plantez rien (excepté du gazon) au-dessus de ce périmètre.
  2. N’y stationnez aucun véhicule.
  3. Ne construisez ni jeu ni abri de jardin ni autre élément relativement lourd au-dessus de l’emplacement. Dans la même optique, il est interdit de recouvrir la surface d’asphalte, de carrelage, ou de matériaux non respirants.
  4. Ne plantez aucun arbre autour de l’installation car ses racines endommageraient la cuve. Au besoin, prenez également le soin de tondre et couper régulièrement les plantes rampantes.

Adoptez des bons gestes

Dans le but de prolonger au maximum la durée de vie de votre installation d’assainissement, il convient de mettre en place certaines habitudes. Vous participerez en outre à la préservation de l’environnement et réaliserez des économies en nombre de vidanges et d’entretiens de vos canalisations.

Tout d’abord, ne jetez jamais d’éléments non biodégradables ni de produits chimiques dans les canalisations, au risque d’endommager les filtres, la pompe et les canalisations ou de tuer les bactéries chargées de l’épuration. Voici les produits à proscrire : chlore, solvants, mégots de cigarette, mouchoirs en papier, cotons-tiges, essence, peinture, eau de javel et médicaments (antibiotiques).

Ensuite, de nombreux experts insistent sur l’importance des activateurs biologiques de fosse septique. Destinés à “booster” l’épuration des boues, ils sont vendus sous forme liquide ou en granulés. Versez-en soit dans les canalisations soit directement dans la cuve de votre fosse septique, notamment juste après une vidange ou une longue absence.

 

Les éléments à inspecter

Afin de traiter correctement les eaux usées, l'assainissement individuel de votre habitation doit comporter plusieurs éléments. Il convient ensuite de faire entretenir régulièrement votre fosse septique pour qu’elle réponde aux normes en vigueur.

La fosse

Cette opération doit impérativement être confiée à une société de débouchage agréée. Seuls ces professionnels disposent de l'équipement requis et des qualifications nécessaires pour effectuer le curage de votre fosse septique. Une fois la cuve vidangée, l'entrepreneur procédera à la remise en eau de la fosse. Cette étape consiste à la remplir à nouveau entièrement, de manière à garantir le fonctionnement optimal de votre système de traitement des eaux usées. Ensuite, il s’assurera qu’il y ait un fond de boues. C’est l’endroit où se trouvent les bactéries épuratrices qui se chargent d’activer le processus de traitement préalable des eaux.

Le bac à graisses

Votre habitation dispose d'une fosse septique sanitaire ou votre fosse toutes eaux est située à plus de 10 mètres de votre domicile ? Dans ce cas, vous êtes légalement contraint de vous équiper d'un bac à graisses, également appelé “dégraisseur”. La fonction de ce dispositif supplémentaire est de débarrasser vos eaux usagées des huiles et des graisses qui stagnent à la surface. Certes très utile, cette installation doit être nettoyée à intervalles réguliers, afin de s'assurer qu'aucun déchet solide n'obstrue les arrivées. La manœuvre consiste à retirer les graisses qui flottent à la surface et évacuer les déchets qui se sont accumulés dedans.

Autres éléments : préfiltre, drains, dégrilleur...

S’il est présent, le préfiltre requiert une vérification régulière puisqu'il sert à retenir les déchets les plus gros. Quant aux drains, il convient de les inspecter eux aussi pour éviter un déversement des eaux non traitées dans la nature. Enfin, soyez attentif l'état général de vos canalisations, au risque de vous retrouver un jour confronté à l’un ou l’autre problème nécessitant l’intervention de toute urgence d’un plombier ou d’une entreprise de débouchage.

 

La fréquence d’entretien

Certains éléments d’une fosse septique doivent être entretenus plus souvent que d’autres. Voici un récapitulatif :

  • Les préfiltres et le bac à graisses : à nettoyer et vidanger tous les 6 mois. Toutefois, si vous utilisez et rejetez beaucoup de graisses et d’huiles, il est recommandé de porter la fréquence d’entretien de votre bac à 3 ou 4 fois par an ;
  • La fosse septique : à vidanger soit dès que les boues atteignent 50 % du niveau de la cuve soit tous les 4 ans soit dès l’apparition d’odeurs incommodantes, de reflux dans les conduits, d’infiltrations par le sol voire, dans le pire des cas, de remontées de boues ;
  • Les drains : à vérifier une fois par an minimum ;
  • Les canalisations : à nettoyer après chaque vidange au moyen de nettoyeurs à haute pression et de produits activateurs de bactéries.

 

Quid du prix d’entretien ?

Pour l’entretien annuel d’une fosse septique ou toutes eaux, prévoyez un budget d’environ 200 €.

Quant à la vidange, elle vous coûtera entre 150 et 400 €. Le montant, à débourser tous les 4 ans si tout va bien, dépendra de la taille de la cuve ainsi que de l’entreprise de débouchage que vous aurez sollicitée.

Dernière information : si vous êtes actuellement locataire du logement dans lequel vous vivez, sachez que les frais de vidange sont à votre charge, tout comme le coût de l’entretien courant. En revanche, c’est au propriétaire qu’incombent les frais de curage ainsi que le coût des interventions exceptionnelles.